From 1 - 10 / 77
  • L'énergie éolienne est produite à partir de la force du vent, grâce à une éolienne, qui transforme l'énergie mécanique du vent en énergie électrique. L'éolienne ou aérogénérateur, est constituée d'un mât sur lequel est fixée une hélice que fait tourner le vent. On distingue l'éolien terrestre de l'éolien en mer - ou éolien offshore (bénéficiant de vents plus fréquents, plus forts et plus réguliers qu'à terre). Cette table contient les éoliennes dont l'autorisation a été accordé, modifié, refusé, annulé ou laissé sans suite (seules les éoliennes dont le permis de construire est déposé, c'est-à-dire les projets en cours d'instruction, ne font pas l'objet d'une diffusion dans cette table). Les projets d'installations de production d'électricité utilisant l'énergie mécanique du vent sont autorisés pas un arrêté préfectoral unique, dénommé "autorisation unique". Cette autorisation unique vaut autorisation au titre de l'article L.512-1 du code de l'environnement et, le cas échéant, permis de construire au titre de l'article L.421-1 du code de l'urbanisme, autorisation de défrichement au titre des articles L.214-13 et L.341-3 du code forestier, autorisation d'exploiter au titre de l'article L.311-1 du code de l'énergie, approbation au titre de l'article L.323-11 du même code et dérogation au titre du 4° de l'article L.411-2 du code de l'environnement. Depuis la loi portant engagement national sur l'environnement dite «Grenelle II», un seuil de distance minimum entre les futures installations d'éoliennes et les habitations a été introduit. En l'absence de précision dans l'autorisation unique, les règles de recul par rapport aux voies ou emprises publiques et limites séparatives s'appliquent en tout point de l'éolienne, en bout de pale en position horizontale.

  • Campagnes de prélèvements d'échantillons afin d'établir une relation entre la turbidité et les valeurs de MES/DCO. Analyses par temps sec et par temps de pluie sur le site d'Ecully.

  • Données en continu, sur 2 sites (occupation du sol = prairie), à 3 profondeurs (10, 30 et 60 cm). Sondes Campbell CS655.

  • Suivi en continu de plusieurs stations hydrométriques sur le bassin versant de l'Yzeron depuis 1997, dans le cadre de l'Observatoire de Terrain en Hydrologie Urbaine (OTHU)

  • Suivi en continu du système déversoir d'orage de Grézieu-la-Varenne sur la rivière Chaudanne, bassin versant de l'Yzeron. Le dispositif de mesure hydrologique est constitué d'une mesure de débit dans le déversoir d'orage (débitmètre), de deux stations hydrométriques en rivière en amont et aval immédiats du déversoir d'orage (mesure de hauteur d'eau et conversion hauteur-débit par des courbes de tarage), et d'une mesure de débit dans le réseau d'assainissement en aval du DO. Les premières mesures datent de 1997 et l'ensemble du dispositif est fonctionnel depuis fin 2001.

  • Ce système a été créé par Anaëlle SIMONNEAU dans le cadre du projet TRANSAT. Il s'agit d'un piège à sédiments. En pratique, le système a été conçu avec un tube d'environ 1m de long, et une dizaine de cm de diamètre. Des tamis sont placés transversalement, par ordre décroissant d'ouverture, afin de ne pas endommager les tamis de plus faible ouverture d'une part, et pour obtenir directement un tri granulométrique d'autre part. Il est placé juste en aval des sondes turbidimètres, avant l'évacuation des eaux de la station d'épuration de l'hôpital psychiatrique.

  • Station d'échantillonnage ponctuel à des fins d'analyses géochimiques des eaux de surface et de la charge solide. Les eaux de surface sont analysées par chromatographie ionique, ICP-MS liquide et Shimadzu TOC-L. Les analyses destinées à la charge solide sont les suivantes : XRF, RE, CHNS, GCMS, et également ICP-MS liquide. Toutes les stations de géochimie du bassin versant de l'Egoutier comprennent les mêmes types d'échantillonnage, et donc les mêmes analyses sous-jacentes.

  • Données produites dans le cadre du suivi RBV (socle commun de paramètres physico-chimiques). Prélèvements sur 2 pluviomètres sur une base mensuelle (volumes cumulés), ainsi que sur 3 points en cours d'eau (Mercier, Ratier moyen et Ratier aval) sur une base mensuelle (prélèvement ponctuels à la main). Analyse des isotopes naturels de l'eau, ions majeurs, métaux, et ponctuellement de quelques micropolluants organiques.

  • Station d'échantillonnage ponctuel à des fins d'analyses géochimiques des eaux de surface et de la charge solide. Les eaux de surface sont analysées par chromatographie ionique, ICP-MS liquide et Shimadzu TOC-L. Les analyses destinées à la charge solide sont les suivantes : XRF, RE, CHNS, GCMS, et également ICP-MS liquide. Toutes les stations de géochimie du bassin versant de l'Egoutier comprennent les mêmes types d'échantillonnage, et donc les mêmes analyses sous-jacentes.

  • Station d'échantillonnage ponctuel à des fins d'analyses géochimiques des eaux de surface et de la charge solide. Les eaux de surface sont analysées par chromatographie ionique, ICP-MS liquide et Shimadzu TOC-L. Les analyses destinées à la charge solide sont les suivantes : XRF, RE, CHNS, GCMS, et également ICP-MS liquide. Toutes les stations de géochimie du bassin versant de l'Egoutier comprennent les mêmes types d'échantillonnage, et donc les mêmes analyses sous-jacentes.